BAUDIN CHATEAUNEUF a procédé au remplacement complet de la suspension du Pont d'Ancenis (44)

L’inauguration du pont suspendu d’Ancenis qui a eu lieu le 6 septembre 2015, marque ainsi la fin de 3 ans de travaux.

 

Pont AncenisSur cet ouvrage aux dimensions hors norme (3 travées de 80 m, 240 m et 80 m), BAUDIN CHATEAUNEUF a procédé au remplacement complet de la suspension : câbles, suspentes, colliers et étriers. Pour permettre le déchargement de la suspension existante, le tablier du pont a été posé sur 12 palées provisoires construites en Loire.

 

Avec 14 000 véhicules par jour (dont 10% de poids lourds), ce pont est une liaison essentielle. Aussi, le Maître d’Ouvrage a voulu maintenir, le temps des travaux, la circulation dans les deux sens en construisant un pont provisoire sur les mêmes appuis que le pont principal.

 

Par ailleurs, une technique innovante de protection anticorrosion a été mise en œuvre pour les faisceaux de câbles porteurs.

 

 

 

 

 

 

 Ce chantier exceptionnel s’est déroulé en 4 grandes étapes.

 

  • 1ère étape – Réalisation des palées et du pont provisoiresPont Ancenis

Le tablier, suspendu en temps normal par 2 x 86 suspentes distantes de 4,50 m, ne devait plus que reposer sur 16 points distants d’environ 30 m.

Le fonctionnement du tablier étant donc notoirement modifié pendant le temps des travaux, le Bureau d’Etudes Rénovation Métallique et Mécanique a recalculé l’ouvrage et définit les renforts de structures nécessaires.

Fin 2012, 8 palées provisoires (battage des pieux + pose des chevêtres) ont été réalisées depuis une piste en Loire. Les 4 dernières palées côté rive droite ont été réalisées avec des moyens nautiques.

Pour le pont provisoire, BAUDIN CHATEAUNEUF a proposé un ouvrage bipoutre métallique avec dalles préfabriquées en béton (réalisées par le Département Génie Civil de BC), complété d’une passerelle métallique en encorbellement pour piétons et cyclistes.

Cet ouvrage a été mis en œuvre par lancements successifs depuis la rive gauche. Il a été mis en service au printemps 2013.

 

  • 2ème  étape – Transfert de charges n°1

Le transfert de charges consiste à poser l’ouvrage sur les palées provisoires et donc à détendre la suspension existante.

Cette opération a été réalisée en plusieurs étapes successives, chacune ayant fait l’objet d’une vérification préalable par le calcul :

  • vérinage sur les palées,
  • détension des suspentes,
  • dévérinage des câbles porteurs.

Cette opération a monopolisé près de 300 vérins du Parc Matériel BAUDIN CHATEAUNEUF.

 

  • 3ème étape – Remplacement de la suspension

Outre les tours d’échafaudage, les travaux de remplacement de la suspension ont nécessité la mise en œuvre d’accès et matériels provisoires spécifiques : haubans, portiques, passerelles à câbles.

La présence d’amiante dans la peinture et le mastic des suspentes et des câbles existants a rendu complexe leur dépose. Les méthodologies mises en œuvre ont eu pour but de minimiser les émissions de fibres. L’ensemble de ces travaux a été réalisé par du personnel BAUDIN CHATEAUNEUF ayant reçu une formation adaptée.

Les suspentes ont été confinées en place puis recoupées au sol. Les câbles ont été enroulés puis évacués en centre de retraitement de déchets amiantés.

Les 2 x 19 torons neufs de 60 mm de diamètre et 430 m de longueur, fabriqués avec la câbleuse des ateliers de Châteauneuf-sur-Loire à partir de fils galvanisés de diamètre 4,7 mm, ont été déroulés successivement dans les passerelles à câbles. A chaque extrémité, les culots ont été ancrés dans les tirants.

Les 172 colliers et suspentes, gainées en PEHD extrudé, ont été posés à la grue lors de coupures de nuit.

L’ouvrage a ensuite retrouvé son caractère suspendu par mise en tension de la suspension neuve (transfert de charges n°2), suivi d’un équilibrage complet.

 

  • 4ème  étape - Protection anticorrosion des faisceaux de câblesPont Ancenis

Pour la première fois en France, BAUDIN CHATEAUNEUF a mis en œuvre :

  • un gainage des faisceaux de câble par enroulement d’une bande élastomérique de 150mm de largeur appelée « wrapping » soit un peu plus de 11km de bande.
  • 4 déshumidificateurs dans les chambres d’ancrage qui permettent de souffler de l’air sec à l’intérieur du gainage et donc de maintenir les câbles en atmosphère "sèche" c’est-à-dire non corrosive.

L’ensemble est instrumenté par des sondes de température, pression et hygrométrie qui permettent à l’exploitant de suivre en temps réel l’efficacité du système. Cette instrumentation a été réalisée BC Génie Mécanique Paris.

Par ailleurs, les appareils d’appui ont été remplacés ainsi que les joints de chaussée (en collaboration avec notre filiale PCB).

Les 6 derniers mois de chantier ont été consacrés au démontage des éléments provisoires (passerelles, portiques, pont, palées,…).

 

 

Maître d’ouvrage : Départements de Loire Atlantique et du Maine et Loire
Conduite d’opération : Département de Loire Atlantique
Maître d’œuvre : Groupement SNCF-Département des Ouvrages d’Art / ARTCAD Etudes